Mosaïque de faïence

Dans ce petit tutoriel, vous trouverez toutes les informations nécessaires pour débuter en mosaïque :

  • Quels carreaux choisir?
  • Quel matériel de découpe utiliser?
  • Quelle colle pour quel usage?
  • Comment coller les morceaux ?
  • Comment choisir la couleur du joint?
  • Comment préparer et poser le joint?
  • Comment faire un joli rebord?

Je ne me suis intéressée qu’à la mosaïque de faïence pour une utilisation en intérieur.

Pour l’extérieur, il existe des matériaux adaptés, que je n’ai pas testés personnellement et dont je ne parlerais pas ici.

1. Quels carreaux choisir?

Des carreaux de faïence murale de 3 à 4 mm d’épaisseur seront parfaits. Il y a quelques années, les magasins de bricolage refusaient de les vendre à l’unité, maintenant, certains ont des produits très adaptés (un peu de pub, juste )

Vous pouvez utiliser des faïences récupérées (souvent assez pauvres en couleurs) ou pourquoi pas des assiettes.

Quoiqu’il en soit, il est préférable de choisir des carreaux de faïence murale d’une épaisseur inférieure à 5 mm.

Les carreaux de grès sont souvent plus épais, jusqu’à 7-8 mm et sont beaucoup plus difficiles à couper à la pince.

Choisir une épaisseur de 3-4mm  a deux avantages:

  • Limiter les ampoules aux mains, qui arrivent en utilisant une pince japonaise les premières fois. Impossible d’y échapper.
  • Limiter le poids total de l’objet final. Ça monte très très vite.

2. Quel matériel  de découpe utiliser?

Quelque soit l’outil choisi, je conseille de porter des lunettes de protection, ainsi que des vêtements adaptés. La mosaïque crée de la poussière, il est peut-être plus sage d’attendre la belle saison pour aller jouer dehors :!:

#Le Marteau:

Vous pouvez bien sûr casser les carreaux avec un marteau, après les avoir emballés dans un torchon, mais je trouve que cette technique très limitée dans la forme des morceaux.

tutojoint-02

En appartement, c’est à déconseiller… parce que c’est bruyant!

Non seulement les carreaux peuvent se mettre à voler tout autour de vous, mais le marteau a aussi tendance à ébrécher les carreaux.

Pour achever de vous convaincre: casser la mosaïque avec un marteau, c’est faire un puzzle, alors qu’utiliser un outil de découpe, c’est faire un puzzle où vous pouvez modifier la taille de vos pièces. Ça devient plus facile, non?

#Les pinces:

Il existe deux modèles principaux: la pince japonaise et la pince zigzag.

Ne possédant pas moi-même de pince zigzag, je n’en parlerai pas ici.

J’utilise la même pince japonaise depuis une dizaine d’années.

La pince japonaise a des bords plats renforcés (en général par du tungstène). C’est vraiment un outil adapté à la mosaïque.
Là encore la découpe sera aléatoire, puisque la pince provoque une fente dans le carreau, mais la découpe sera assez nette, presque « naturelle ».

Une pince coupante classique pourrait faire l’affaire, mais souvent, ses rebords sont abimés (car non renforcés), ce qui provoque des traces sur les pièces de faïence.
Investir dans une pince japonaise peut paraître excessif (environ 15€), mais rien ne dit que vous n’y prendrez pas goût…

3. Quelle colle choisir ?

Le choix de la colle dépend essentiellement du support que vous allez utiliser.

  • Si le support est en bois brut, et donc poreux, vous simplement utiliser de la colle à bois. Je conseille de la choisir à prise rapide, comme ça la colle durcira au fil de la pose.
  • Si le support est imperméable comme du mélaminé ou du métal, vous devrez utiliser de la colle à carrelage et l’appliquer au peigne à colle.

4. Coller les carreaux de mosaïque :

Cas n°1 : Mosaïque sur une surface poreuse : contreplaqué, aggloméré ou médium.

C’est le meilleur moyen de commencer…

Sur un support propre et sec, découpez et collez les morceaux à l’aide d’un pinceau trempé dans de la colle à bois. La prise rapide permet une stabilité de l’ouvrage en quelques dizaines de minutes.

Laissez un espace de 1 à 4 mm entre les morceaux pour le joint, ce sera amplement suffisant.

Cas n°2 : Mosaïque sur une surface non poreuse : mélaminé, bois vernis, métal, béton, etc…

Le principal souci qu’on rencontre avec la mosaïque sur  un plateau de table, c’est d’avoir une surface plane. Les petits dénivelés sont gênants quand on pose des objets. Ces différences d’épaisseur ont deux origines :

  • La différence d’épaisseur entre les carreaux : même si vous n’utilisez qu’un carreau d’un millimètre de plus ou de moins par rapport aux autres, ça se verra à la fois visuellement et à l’utilisation (surface bosselée, parfois coupante). Je précise aussi que jamais vous n’arriverez à compenser les différences d’épaisseur du carreau en mettant plus ou moins de colle. Ça ne marche pas !
  • La différence d’épaisseur de la colle. En encollant chaque morceau avec de la colle à carrelage, vous ne pouvez pas doser la colle correctement d’un carreau à l’autre, ce qui fait que certains morceaux (les plus petits) auront tendance à pencher… De plus, la colle va vite sécher autour des carreaux, ce qui crée des petits amas de colle à enlever au fur et à mesure.

Ma technique :

J’ai trouvé une petite technique assez simple à mettre en œuvre avec la version transparente du « duct tape » ou « duck tape », à la fois résistant et super collant. J’ai essayé de le remplacer par de l’adhésif transparent pour les colis, mais ça ne colle pas assez.

Cette fois, pas de colle… pas tout de suite. Je pose mes petits morceaux comme tout à l’heure… quand j’en ai 2 ou 3, je sors mon arme magique:

Il est facile à déchirer à la main. Il suffit de le coller délicatement sur les pièces, et de continuer comme ça..

Une fois que ma mosaïque est terminée (là, ce n’est qu’un exemple!), je n’ai plus qu’à encoller mon support avec le peigne à colle. Je peux alors poser tous mes morceaux en une fois. J’appuie bien et je laisse sécher.

S’il reste de la colle autour, il faut l’enlever avant le séchage, parce qu’après il sera trop tard.

Petite astuce : si la colle est un peu dure (vieux pot), il ne faut pas hésiter à y ajouter un peu d’eau et à bien la mélanger.

Il faut bien entendu laisser l’adhésif en place pendant au moins 24 heures, voire plus, le temps que la colle soit bien sèche. Sinon, les carreaux viendront tout seuls.  Il n’y aura plus qu’à enlever l’adhésif tout doucement.

C’est collé, il est temps d’ajouter la touche finale : le joint!

5. Comment choisir la couleur du joint?

Dans le commerce, le joint de carrelage se présente sous deux formes principales: en poudre ou en pâte. En dehors des considérations de prix, quelques aspects sont à prendre en compte :

  • le joint en pâte est directement utilisable et il n’y a pas de problèmes de préparation. Il peut par contre moins bien se conserver dans le temps, puisqu’un défaut d’étanchéité peut le faire durcir assez rapidement.
  • le joint en poudre à préparer : ce qui pose parfois des difficultés de dosage. Par contre, les poudres sont miscibles entre elles pour obtenir des coloris différents et ne vous fiez pas ce qui est marqué sur la boîte: hermétiquement fermé, vous pouvez le conserver des années (quitte à le passer au tamis). Il permet de faire un joint un peu plus dur, parfait pour la mosaïque, puisqu’il ne se rétracte pas.

Le choix de la couleur est primordial à mon avis.
tutojoint-10Voici donc la même mosaïque réalisée avec 3 couleurs de joints :

  • Joint rouge : utilisation d’une couleur contrastée, non présente dans les morceaux. Le contraste entre les morceaux et le joint donne un aspect vif, qui est personnellement mon préféré, parce qu’assez inattendu. Les morceaux paraissent un peu plus clair dans ce bain rouge. Ce mélange est coloré et lumineux.
  • Joint cuir : utilisation d’une couleur neutre. Le choix d’un joint neutre permet de mettre en avant la couleur des morceaux, tout en restant très sobre.
  • Joint blanc : utilisation d’une couleur présente dans la mosaïque. La même couleur se retrouve dans les morceaux et le joint : le motif blanc se fond dans la mosaïque. Ce choix peut être intéressant pour faire ressortir un motif ponctuel, mais je le déconseille fortement pour une grande surface. L’intérêt de la mosaïque est justement la vibration créée par les morceaux séparés, ce serait dommage de les faire disparaître dans un fond uni.

6. Comment préparer et poser le joint?

# La préparation du joint:

Les proportions sont toujours données pour des grandes quantités. En mosaïque, ce n’est pas forcément le cas.

La proportion est souvent de 30ml d’eau pour 100g de poudre.

tutojoint-01Le touillage est toujours un peu complexe au départ, la poudre n’étant pas spécialement hydrophile.

On doit arriver à une texture à mi-chemin entre les deux dernières photos : ni trop dure, ni trop molle.
Si le joint est dur, il sera foncé et comblera bien les espaces (parfait pour la mosaïque)
S’il est trop mou, il se rétractera trop au séchage, créant des petits sillons. La couleur sera délavée. Une fois sec, il sera friable.

#La pose du joint :

tutojoint-05

J’étale le joint à la main, tranquillement. Il faut que les espaces entre les morceaux soient pleins. Je déconseille  l’utilisation de « raclettes » en caoutchouc : les bords sont des morceaux sont coupants : les morceaux de caoutchouc peuvent se retrouver pris dans les joints.

Une fois que c’est fait, on n’y touche plus pendant environ 30 minutes, mais cette durée peut varier en fonction des conditions atmosphériques et de la concentration de la pâte.

tutojoint-07

Une fois que le joint a pris (il a durci au-dessus des carreaux, sans être totalement sec), il faut faire apparaître les joints avec les doigts.  Toute l’astuce consiste à enlever l’excès de joints sur les morceaux en ne les creusant pas. Terminez en passant une éponge humide. A la fin, la mosaïque n’est plus recouverte que d’une sorte de voile poudreux qu’il n’y aura plus qu’à enlever, avec un chiffon doux.

:idea: La gaffe à éviter : laisser durcir le joint trop longtemps … une fois sec, une éponge ne sera pas d’une grande utilité pour ôter les excès de joint. Il faudrait plutôt y aller au burin!

Si la mosaïque doit être utilisée en table, il est utile d’utiliser un protecteur de joint. C’est un liquide qui imperméabilise les joints et facilitera grandement l’entretien des surfaces. L’utilisation d’une mosaïque comme plan de travail est à proscrire pour des raisons d’entretien et d’hygiène.

tutojoint-09

7. Comment faire un joli rebord à ma mosaïque?

Dans les premières parties du tuto, je n’ai pas abordé un point important quand on veut réaliser une mosaïque : les côtés, si elle n’est pas encadrée d’un rebord.

tutojoint-08 1. Soit on laisse les morceaux tels quels,
2. Soit on utilise les rebords des carreaux pour faire quelque chose plus droit.

Voilà,vous savez presque tout, il ne vous reste plus qu’à vous lancer!

Pour toutes les questions que vous pourriez encore vous poser, vous pouvez simplement aller à la page suivante :


101 réflexions au sujet de « Mosaïque de faïence »

  1. Bonjour,je voudrais savoir quels matériaux utilisé pour faire le support, merci de me répondre au plus vite.

    • Le support de quoi? Il faudrait détailler votre question si vous voulez une réponse.

      Juste un commentaire concernant votre commentaire : j’ai un travail qui n’a rien à voir avec ce blog alors je réponds quand j’ai le temps, c’est à dire quand je prends sur mon temps libre pour le faire.

  2. Bonjour, comment peut on décoller des tesselles sur un support en bois, ce que j’ai commencé ne me plait pas, je débute et je voudrais faire un paysage, comment avoir de touts petits morceaux c’est dur merci de votre aide

    • Ça ne va pas vous aider, mais je ne le répèterais jamais assez : AVANT de vous lancez dans un gros truc : TESTEZ votre idée en petit sur un morceau de médium quelconque, ça évite d’en arriver à faire sauter la mosaïque sur un support qu’on aime. Je sais que tout le monde veut que ce soit terminé le plus vite possible, mais ça permet de détecter les problèmes.
      Pour enlever, c’est simple: un marteau et un ciseau à bois ou un tournevis plat très large. Vous le posez à la base des tesselles et vous faites sauter. Il faut vraiment enlever toute la colle et si possible, ne pas attaquer le bois. Je préviens tout de suite, ce n’est pas une partie de plaisir.
      Si le support peut être facilement remplacé, changez-le, vous gagnerez du temps.

      Les petits morceaux :
      C’est un avis personnel, mais je ne trouve pas que la mosaïque soit adaptée aux paysages, parce que la palette colorée est très peu étendue, ce qui fait que votre paysage aurait l’air naïf, même si ce n’est pas le rendu souhaité.
      Ensuite, plus les morceaux seront petits, plus ils seront « noyés » dans le joint et pour le coup, vraiment peu visibles. Si vous ne détruisez pas la mosaïque précédente, je vous conseille d’essayer le joint dessus, ça aura le mérite de vous donner une idée du rendu final.

  3. Bonjour Bab,

    L’idée de faire de la mosaïque m’est venue d’un coup et comme vous pouvez le deviner nous n’y connaissons rien. Grâce à vos indications tout semble facile avec un peu de rigueur et d’entrainement.
    Tout est très clair, suffit de suivre les étapes, avec photos en sus, super blog !!!
    Donc un grand MERCI pour vos conseils et merci de partager votre savoir faire.
    On va commencer par la mosaïque et on va surement continuer à découvrir votre blog avec plaisir, donc @ bientôt…et bonjour à Granville

  4. Bonjour,

    D’abord mille mercis pour ce tutoriel simple et imagée. Je me lance dans la reproduction d’une mosaïque vue en Ouzbekistan (motif géométrique, j’espère simple!)sur un plateau de table. J’ai une question idiote : quand les tesselles ne font pas la même épaisseur, ça donne quoi? Quoi faire?

    Merci d’avance.

    • Tu ne peux faire qu’une chose : trouver des carreaux de la même épaisseur.
      Pas la peine d’essayer de compenser en mettant plus ou moins de colle, ça ne marche pas non plus. Même 1 mm d’épaisseur d’écart se voit et surtout se sent sous la main.

      Merci du rappel, j’étais persuadée d’avoir répondu à cette question dans la FAQ Mosaïque… Ça m’a permis de la mettre à jour.

  5. Bonjour Bab, un grand merci pour tous ces conseils. J’ai déjà il y a quelques temps réalisé ma table de cuisine avec des carreaux de céramique et des joints classiques. Cette table a pas mal vécu car nous prenions nos repas et la famille s’étant agrandie, j’en recommence une autre plus grande. Je note votre remarque : « il est utile d’utiliser un protecteur de joint. C’est un liquide qui imperméabilise les joints et facilitera grandement l’entretien des surfaces » pouvez vous me confirmer quand et comment se passe ce protecteur de joint? Combien de temps après la pose du joint ? faut il laisser creuser un sillon dans le joint pour mettre le protecteur de joint? Merci de vos lumières. Bien cordialement
    Sabine

    • Il suffit de suivre les conseils inscrits sur le flacon. On l’applique au pinceau sur les joints secs. C’est absorbé tout de suite et ça rend le joint imperméable.

  6. Bonsoir,
    Merci beaucoup pour ce super tuto sur la mosaïque, depuis quelques temps j’ai en tête de me lancer dans ce « passe-temps » je vais m’y essayer sur un petit support et avec vos explications je pense pouvoir réussir
    Merci encore de nous donner de votre temps et de nous faire partager votre savoir
    Bien amicalement
    Corinne

  7. Bonjour,
    je suis à la recherche d’un produit qui pourrait redonner un coup de jeune à ma table en mosaïque, le joint a jaunit et est tâché.
    Merci d’avance pour vos conseils.
    clo

  8. Bonjour, Bab je me permet de te donner une petite astuce qui avec de la patience permet de realise carre,rectangle,cercle etc .pratiquement net sur chaque angles en utilisant de la toile emerie ,bien pose a plat sur un support et en frottant la piece on arrive vraiment a faire du bon travail. voila simple … a plus